FAQ

image_print

Lors du webinaire organisé par le CNFPT le 05 mai 2020 sur « bibliothèques et confinement penser l’après », de nombreuses questions ont été posées. Voici des éléments de réponses.

Sur le déconfinement et les réouvertures de services

Quelles sont les consignes pour la réouverture ?

A ce jour (06/05/2020), pas de consigne de l’état. Les associations professionnelles déconseillent de rouvrir les locaux le 11 mai et proposent d’opter pour des réouvertures progressives des services. Voir la rubrique « Phases » de ce présent site

Pour une réouverture vous recommandez quelle période?

Pour une ouverture de locaux aux publics, pas de date fixe proposée, mais nous conseillons de procéder à cela en phase 2 pour certains services (informatique et accueil de petits groupes) et sinon en phase 3 (que l’on peut imaginer courant de l’été ou rentrée de septembre selon les cas et l’évolution de la situation). L’ouverture de services partiels (phase 1) peut avoir lieu dès le mois de mai. Une période de préparation par les personnels, avec présence dans les locaux avant ouverture publique de services est un plus.

quels arguments pour les élus qui veulent ouvrir même en drive le 12 mai? Date conseillée?

Possible dès le 12 mai si les conditions de préparation technique (bibliothéconomique) et de mise en place de dispositifs sanitaire sont réunis. S’ils ne sont pas réunis, c’est là nous semble-t-il le principal argument pour différer un peu la mise en place du service, afin de réunir toutes les conditions.

Y aura t’il un distinguo entre zones rouge et vertes et quelles directives?

A ce jour (06/05) nous n’avons pas d’information ou compte rendu de dispositif concernant un distinguo entre zones rouges et vertes pour les bibliothèques. Donc pour l’instant, tout le monde est « à la même enseigne ».

Dans la perspective du dé-confinement, développez-vous des services pour les usagers les plus fragiles et / ou les plus éloignés de la lecture ?

Autant que possible, essayons de maintenir ou poursuivre des dispositifs qui ont été à l’œuvre pendant le confinement : prêts de matériels, dons de livres, lectures par téléphone, heures du conte et contenus en ligne… pendant le déconfinement, le portage pourra reprendre.

On pourrait aussi poser la question aux usagers des bibliothèques et aux habitants ce qu’ils attendent des bibliothèques après la crise sanitaire ?

Oui. A noter : une enquête sociologique vient d’être lancée par Olivier Zerbib (Université Grenoble Alpes) auprès des publics des bibliothèques de Nancy, Toulouse, Strasbourg, Grenoble., avec notamment cette question. Mais c’est une question que nous pouvons poser plus généralement aux usagers et à la population en effet.

Il y a un argument de sécurité sanitaire pour les agents et le public tout simplement. Y aura-t-il une fiche métier précisant le protocole pour les agents ?

Les collectivités élaborent des protocoles pour leurs agents. Tous les éléments de ce site biblio-covid peuvent aussi aider à travailler à des protocoles.

Avez vous une idée du temps de la phase 1 ?

Non, et elle peut être variable selon les lieux. Elle est à définir localement.

Peut-on envisager des recommandations émanant du Ministère directement pour avoir une répercussion sur le collectivités ?

Les recommandations élaborées fin avril ont été transmises à la cellule de crise ministérielle et est dans les circuits de validation pour éventuelle publication officielle, amendements, compléments et retours. Mais nous ne savons pas si cela débouchera sur un texte (circulaire par exemple) ou non, ni à quelle date. A surveiller. Si c’était le cas, le document sera publié également sur ce site.

Sur les bibliothèques en ligne et dématérialisées

Cette période de confinement ne risque-t-elle pas de saboter tout notre travail pour faire venir le public, qui, entretemps, aura découvert d’autres outils, numériques notamment ?

Au contraire, nous pensons qu’elle pourra mieux mettre en valeur des services à distance et numérique qui existaient avant la crise mais étaient parfois moins bien connus, et qui souvent ont été amplifiés pendant le confinement. Certaines bibliothèques numériques ont des consultations multipliées par 2 ou 5 depuis quelques semaines. Il appartient aux bibliothèques de rendre leurs offres attrayantes et utiles à la population, malgré les contraintes sanitaires qui affectent le fonctionnement de nos espaces. Cela passera sans doute (mais nous en avons l’habitude) par un soin attentif porté aux besoins des publics, et par notre capacité d’imagination et d’invention.

Pour les lectures en ligne y a-t-il des contraintes de droits ?

Oui. Autant que possible, privilégier le contact préalable avec auteurs et éditeurs afin d’avoir leur accord pour des œuvres qui font l’objet d’une lecture en ligne, et privilégier des lectures en direct, afin de reproduire virtuellement l’animation lecture ou heures du conte. Bien citer auteurs et éditeurs dans les vidéos de ce type.

Sur les précautions sanitaires documents/collection

Comment gérer l’accès aux livres aux lecteurs sachant que normalement les manipulations doivent être limitées ?

Privilégier dans un premier temps du prêt indirect notamment au travers de service de  » prêt à emporter » ou les bibliothécaires préparent des paquets de documents pour chaque usager. Nous recommandons pour les livres manipulés par des lecteurs ou du personnel, de procéder à une décontamination et/ou mise en quarantaine, selon les durées indiqués ici

Décontamination des documents qui vont être rendus par les usagers : quel protocole ?

Nous indiquons un protocole, des recommandations ici

Quarantaine: 10 jours semblent bien, vous confirmez?

Oui. Si vous désinfectez les documents, la durée de quarantaine conseillée est de 3 jours (durée de vie estimée du virus sur le papier) En l’absence de désinfection des documents : La durée de quarantaine la plus prudente qu’il est conseillé d’adopter est de 10 jours pour les documents plastifiés ou sous boîtiers plastique, etc. / 3 jours pour les documents papier ou cartonnés.

Tous ces éléments n’émanent pas d’autorités sanitaires, mais résultent de l’application de mesure de précautions, en l’état des connaissances recensées. cela peut donc évoluer. A suivre sur la page dédiée du site web.

Comment gérer les retours de documents ? J’ai lu sur le site de l’ABF qu’il fallait 10 jours de quarantaine pour les docs plastifiés.

Durée préconisée entre 3 et 10 jours ce qui fait un grand écart ! Que choisir ? en l’état de nos compétences en matière sanitaire (nulles !) nous conseillons d’appliquer la durée la plus prudente parmi les différents éléments scientifiques dont nous disposons, soit de 10 jours. A noter que procéder à une désinfection permet de réduire la durée de mise en quarantaine.

Quid durée de confinement Livres ? DVD ? CD ?

Que fait-on de la presse (quotidiens et magazines) ?

Pour les magazines, pour ma part, je les mets en quarantaine 3 jours comme recommandé et après ils retourneront au public, plus tôt que les autres documents donc… »

Si l’on place en quarantaine on doit AUSSI nettoyer ??? Pour un document rendu ou manipulé vous pouvez > soit le désinfecter, puis le mettre en quarantaine 3 jours (temps de décontamination du papier) ; > soit le mettre en quarantaine pour une durée que nous conseillons de 10 jours.

–  qu’en est-il des jeux et jouets en ludothèque ?

Action culturelle

Comment rester en contact avec les écoles sans les accueillir dans les médiathèques? Auriez-vous des exemples concrets d’actions que nous pourrions proposer?

Quelques idées : Partager des dossiers pédagogiques réalisés par la médiathèque avec des enseignants, faire connaître et valoriser dans les logiciels internes utilisés par les personnels de l’éducation nationale des ressources en ligne produites par la bibliothèques, …

Que peut-on dire si les élus demandent d’ouvrir la bibliothèque après l’école pour accueillir les enfants ? pendant la phase 1

Nous avons participé à la continuité pédagogique avec les enseignants, nous sommes poussés parfois  à utiliser des outils numériques souvent incompatibles avec les questions de RGPD, type compte gmail, du coup il faut développer des trésors de bidouillages pour coller à la réglementation…y aura t il un assouplissement dans ce sens ?

La RGPD est un règlement européen, toujours en vigueur à ce jour. Pour être dans les clous, nous vous invitons à essayer autant que possible d’utiliser des outils permettant de protéger les données des utilisateurs (par exemple les outils framasoft). Lorsque des donnée sont collectées, penser à bien expliquer au public à quoi servent ces données, et à demander l’autorisation des personnes pour ces usages. Vous pouvez vous des DPO (délégués à la protection des données) de vos collectivités.

Qui a des idées de médiation à distance avec les écoles ?

Un sujet ouvert sur le forum Agorabib.

Une adresse mail dédiée : coronavirus[at]abf.asso.fr (la commission RH et le comité d’éthique de l’ABF s’efforceront de vous répondre).

La page Facebook de la commission ABF Ressources humaines.